Une femme prend une photo de téléphone portable des drapeaux EuroPride flottant lors de la cérémonie d’ouverture de l’EuroPride 2022 à Belgrade. (Oliver Bunic/Getty)

Les organisateurs de l’EuroPride se sont engagés à lutter contre l’interdiction “honteuse” de la Serbie de la marche prévue à Belgrade.

L’Association européenne des organisateurs de la fierté (EPOA) se prépare à lancer une action en justice contre la police serbe interdit le parcours EuroPride cette année, devrait avoir lieu samedi (17 septembre).

L’interdiction serait due à des “problèmes de sécurité”, selon deux manifestations anti-LGBTQ+ à grande échelle les rues de Belgrade ont vu des homophobes évangéliques appeler à l’élimination d’EuroPride, criant “Sauvez nos enfants”.

“La police a rejeté l’appel contre l’interdiction. [Belgrade Pride] maintenant je prépare le dossier pour le tribunal administratif serbe. Nous ne laisserons jamais la haine gagner”, ont déclaré les organisateurs il a posté sur Twitter mercredi 14 septembre avec une image qui disait : « Menaces de violence autorisées. Les manifestations pacifiques sont interdites.”

des milliers de manifestants se rassemblent à Belgrade pour protester contre Pride
Des milliers de manifestants ont protesté contre le prochain événement EuroPride dans la capitale serbe, Belgrade. (AFP via Getty/OLIVER BUNIC)

Le groupe a également partagé un pétition exhortant Le Premier ministre serbe Ana Brnabić et le président Aleksandar Vučić de soutenir l’EuroPride 2022 et de remplir leurs engagements envers les organisateurs “qui prouveraient leur engagement en faveur de l’égalité et des droits de l’homme dans le pays qu’ils dirigent”.

“Interdire ou recommander l’annulation de l’événement à cause des menaces des opposants à l’égalité et aux droits de l’homme serait céder à leur haine. La haine ne doit pas être autorisée à gagner et EuroPride doit continuer avec le soutien du gouvernement serbe”, indique la pétition.

Au moment d’écrire ces lignes, il compte plus de 27 000 signatures et semble certain d’atteindre son objectif de 30 000 partisans.

“Une manifestation pour les libertés et les droits fondamentaux”

Le président Vučić a annoncé que l’EuroPride avait été annulée le 27 août, un jour avant la première manifestation du clergé de l’Église orthodoxe serbe.

Dans un communiqué, il a déclaré que l’événement “se produira, mais à un autre moment plus heureux”.

Cependant, les organisateurs ont insisté sur le fait qu’ils continueraient, insistant sur le fait qu’ils n’avaient pas le pouvoir d’annuler la marche.

Mardi 13 septembre, la police a annoncé qu’elle interdisait le parcours de la marche.

Le même jour, le Premier ministre Brnabić a prononcé un discours passionné conférence sur les droits de l’homme, conteur les manifestants à “arrêter de critiquer” parce qu’elle “poussait les limites d’au moins un mètre”.

Les membres du Parlement européen ont pris prendre l’affaire en main. Plusieurs députés l’ont fait a déjà demandé la poursuite des travaux du week-enddont 145 députés qui a signé une pétition envoyé à Vučić par le président du Parlement européen, mercredi 14 septembre.

Le même jour, lors d’un cortège parlementaire, l’eurodéputé allemand Terry Reintke s’est levé pour montrer son soutien aux organisateurs de Belgrade Pridedisant : « C’est une manifestation pour la liberté, pour la démocratie, pour les droits fondamentaux et la diversité, une manifestation paneuropéenne.

“Nous sommes en contact très étroit avec le gouvernement serbe ainsi qu’avec les organisateurs de la Pride. Mais je voulais saisir cette occasion pour ce parlement de montrer que nous sommes un parlement qui soutient le droit fondamental à la liberté de réunion et avec la communauté LGBTI à travers l’Union européenne et en Serbie”, a-t-elle déclaré sous une standing ovation.

En réponse, la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, a envoyé un message de solidarité aux personnes “jeunes et moins jeunes” qui s’identifient comme LGBTQ+, ajoutant que “dans notre Europe, vous pouvez vivre comme vous le souhaitez”.

La police sécurise le centre d'information LGBT serbe lors de la
La police sécurise le centre d’information LGBT serbe lors de la “Litiya pour sauver la Serbie” à Belgrade. (Getty)

Il reste à voir si les actions de la Serbie affecteront sa candidature à l’UE, qu’elle négocie depuis 2009. À en juger par le refus des membres du Parlement européen et des organisations de défense des droits de l’homme, le gouvernement serbe pourrait voir les négociations stagner.

Directeur exécutif du groupe de défense LGBTI Forbidden Colors, Remy Bonny, SAPS: “L’égalité LGBTIQ+ est ce qui fait de l’UE une union fière et aimante. Nous n’en sommes pas encore là, mais nous l’interdisons [EuroPride] constituerait un sérieux revers pour l’avenir européen de la Serbie ».



اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني
اضغط هنا للحصول على حساب مجاني

Leave a Reply

Your email address will not be published.